top of page
Forêt
"On ne peut aimer que ce que l'on connait"

Le Shinrin Yoku (bain de forêt en français ou encore forest bathing en anglais) est une approche qui fait partie des concepts de sylvothérapie et d’écothérapie. Il s'agit d'une reconnexion à la forêt et à la nature, au Vivant dans son intégralité, à travers l’éveil des sens et la méditation.

Traduit en français par bains de forêts, les notions "d'immersion dans la nature" et "s'imprégner de ses bienfaits" sont fortes en signification. La forêt est un lieu où on se fait du bien.  

Le Shinrin Yoku inclut des méthodes d'éco-thérapie et d'éco-psychologie. Cette approche prend aussi en compte les bienfaits que la Nature nous apporte, à savoir par exemple les phytoncides, la présence de la couleur verte, les ions négatifs, etc.

Shinrin Yoku - Bain de forêt

Les marches guidées en forêt peuvent combiner des enchaînements spécifiques et complémentaires d’exercices psychiques et physiques dans un environnement forestier approprié qui conduit à réduire la fréquence cardiaque, la tension artérielle et le niveau de stress, à renforcer le système immunitaire et respiratoire ainsi que l’ensemble de la condition physique et des capacités cognitives.

La philosophie du Shinrin Yoku pourrait se définir par trouver l’harmonie de l’esprit dans le respect de la Nature car celle-ci a la capacité de nous relier au sacré et aux profondeurs de notre être.

 

La Nature est présente, actrice et bienfaitrice.

elo.png
3.jpg
Que fait-on dans une séance de Shinrin Yoku ?
  • Durée de 2h à 3h

  • Parcours entre 2,5 km et 3 km – sentiers de balades sans de grands dénivelés 

  • Eveil des sens

  • Différentes invitations

  • Cérémonie du thé

Inscription seul.e ou en groupe (entre 4 et 10 personnes)

Formules disponibles

Prix pour une séance : 45 €

Prix pour une groupe : 250 € 

(espace)

Prix pour le Parcours de Développement : 200 €

Programme personnalisé de 4 séances

  1. L’initiation à la forêt et à l’éveil des sens

  2. La force de l’eau

  3. L’acuité du touché

  4. Le vivant comme source de créativité

bottom of page